الخميس، 2 يونيو، 2011

Martin Dempsey Named Chairman Of Joint Chiefs Of Staff By Obama

President Obama' announcement that he was nominating Gen. Martin Dempsey to be the chairman of the Joint Chiefs of Staff continued a broad remake of his defense team that will include a new Secretary of Defense and a new Central Intelligence Agency chairman.


Martin Dempsey, responsible for the training of Iraqi soldiers when US forces discovered Jadriya bunker a security prison follow by the Minister of Interior Bayan Baqir Jabr Al-Zubaidi in 13-11-2005.



AFP, 30 NOVEMBRE 2005

Irak : Le commandement des forces irakiennes est responsable de la torture, selon le général Martin Dempsey


Le général américain Martin Dempsey, chargé de la formation des forces de sécurité irakiennes, a accusé, mercredi 30 novembre 2005, leur commandement d’être responsable des cas de torture sur certains détenus et déploré le "manque de confiance" des Irakiens dans ces forces.


Les cas de mauvais traitements sont "un problème de commandement. Ce n’est pas un problème de policier ou de soldat de grade inférieur", a affirmé le général Dempsey à l’AFP, qualifiant cette question d’"ennuyeuse". Il a estimé que les membres des forces de sécurité qui sont coupables de tels agissements "ne le font pas seuls. Ils sont menés par quelqu’un". "Le jeune soldat ou policier qui sort du programme de formation connaît d’habitude la différence entre le bien et le mal", a-t-il ajouté, en référence à l’entraînement fournit par les Américains qui, dit-il, insiste "sur les droits de l’Homme et le respect de la loi". Le général Dempsey a estimé que les responsables devraient rendre des comptes. "Il y a des commandants sur le terrain qui ne veulent pas que cela réussisse", a-t-il dit, en référence à la mise en place des forces de sécurité irakiennes. "Nous devons les identifier et nous débarrasser d’eux".
Les troupes américaines ont découvert, le 13 novembre 2005, quelque 170 détenus, souffrant de soif, de faim et nécessitant des soins, dans un bâtiment du ministère de l’Intérieur, à Jadriyah, dans le sud de Bagdad. A la question de savoir si de telles affaires étaient un signe de l’échec du programme américain de formation des forces de sécurité irakiennes, le général Dempsey a répondu : "Je ne pense pas du tout que ce soit un échec de mon programme. Je pense que c’est un échec du commandement" irakien.
Un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis, à Bagdad, James Bullock, avait récemment indiqué que les Etats-Unis oeuvreraient avec les autorités irakiennes "pour que les responsables rendent des comptes" et "pour prendre des mesures afin que de telles situations ne se répètent pas". Sous la pression de militaires et diplomates américains, le Premier ministre irakien, Ibrahim Jaafari, a ordonné une enquête, dont les résultats n’ont pas encore été publiés.
Le général Dempsey a critiqué, en outre, l’existence de certaines forces qui échappent à une réglementation stricte, en citant notamment la Force de protection des sites (FPS). "C’est une force énorme de quelque 145000 membres qui sont entraînés et équipés par chaque ministère", qu’ils sont chargés de garder. "Dans certains cas, les ministères leur ont permis de faire des choses qu’ils ne devraient pas faire, comme circuler à bord de véhicules similaires à ceux de la police et porter des uniformes de la police", a expliqué le général américain. "Nous travaillons au niveau national pour mettre en place un règlement et mettre un terme à cette situation, et nous espérons que le nouveau gouvernement poursuivra" cette politique, a-t-il dit, faisant référence au cabinet qui sera issu des élections du 15 décembre 2005.
"Il n’y a pas assez de confiance actuellement entre le peuple irakien et les forces de sécurité", a déploré le général Dempsey, "et l’Irak a besoin de trouver un moyen de surmonter" ce problème. La solution réside selon lui dans la mixité des unités, où chiites, kurdes et sunnites, doivent apprendre à coopérer, et dans la prise de mesures disciplinaires à l’encontre de ceux qui sont coupables de violer les règlements.
Agence France Presse

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

صولاغ

صولاغ
وزير الداخلية في المؤتمر الصحفي حول فضيحة الجادرية
No-one was beheaded, no-one was killed
Bayan Jabr Iraqi Interior Minister


بيان جبر صولاغ : ان من قام بجريمة السجون السرية في منطقة الجادرية هم أزلام النظام السابق ، الذين استطاعوا ان يتغلغلوا بيننا بدون ان نشعر ، ويتقلدوا اعلى المناصب بدون ان نعرف ، اما نوعية المعتقلين فهم وان كانوا ارهابيين بعثيين ولكن لا يعني هذا ان يتعرضوا للتعذيب !!
( يعني المعتقلين بعثيين والسجانين والجلادين كذلك بعثيين )

All for Torture, and Torture for All!

the Washington Times reported today. “Maj. Gen. Hussein Kamal, deputy interior minister said the detainees also included Shiites, Kurds and Turkmen.”
Translation: No bias here. We’re equal opportunity torturers!